Articles

Lac d'Astarac

Un Atlas de la biodiversité sur le secteur Astarac Arros en Gascogne

Le CPIE Pays Gersois participe à l’élaboration d’un Atlas de la Biodiversité sur le territoire de la Communauté de Communes Astarac Arros en Gascogne.

Une nouvelle démarche sur le territoire

Atlas de la biodiversité Astarac Arros en GascogneGrâce au label « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte », La Communauté de Communes Astarac Arros en Gascogne s’est engagée dans une démarche ambitieuse ayant pour objectif de préserver et valoriser la richesse naturelle du territoire, notamment pour en faire un atout touristique.

En effet, l’Atlas de la Biodiversité permettra de mieux connaitre les espèces, les milieux naturels et le fonctionnement des réseaux écologiques afin de protéger, restaurer et intégrer la biodiversité plus efficacement dans les politiques d’aménagement du territoire (Plan Local d’Urbanisme, Trame Verte et Bleue…).

Dans le cadre de cette analyse naturaliste du territoire, un diagnostic de la Trame Verte et Bleue sera réalisé afin d’identifier les zones et les couloirs de déplacement les plus importants pour les espèces ; ce diagnostic facilitera par la suite grandement l’aménagement du territoire à l’échelle de l’intercommunalité.

Une implication citoyenne incontournable

Ophrys à forme d'araignéeUn Atlas est une démarche écologique et scientifique participative. Il est primordial que chaque habitant se l’approprie et devienne acteur de la protection de son environnement. Les citoyens, sont autant d’observateurs répartis sur la zone d’étude qui occupent et vivent sur le territoire tous les jours ; plus les observations naturalistes seront nombreuses, plus l’étude sera précise.

Pour cela, vous pouvez transmettre vos observations et relevés naturalistes (faune et flore) sur la base de données BAZNAT ou en contactant unes  des structures partenaires présentées ci-après.

Les structures naturalistes locales impliquées

Triton marbréDu fait de la vaste zone d’étude (350km² sur 37 communes), de la variété des groupes d’espèces à étudier (oiseaux, amphibiens, reptiles, libellules, papillons, mammifères, chauve-souris, plantes…) et de la volonté d’une démarche concertée et partagée, la Communauté de Communes Astarac Arros en Gascogne a souhaité faire appel aux services de diverses structures parmi lesquelles :

Pour permettre de réaliser un Atlas le plus précis possible, il est important que tous les citoyens participent à cette démarche aux cotés des structures naturalistes. C’est grâce à un effort collectif et de grande ampleur que nous pourrons, ensemble, protéger notre patrimoine naturel !

Tela Botanica mission flore ambroisie trifide

Avis de recherche Ambroisie trifide

Nous vous avons souvent parlé de l’Ambroisie à feuilles d’Armoise, présente sur le territoire gersois ; découvrez une autre espèce exotique envahissante, l’Ambroisie trifide, également présente à l’est du département.

Depuis peu, l’association Tela Botanica lance une nouvelle Mission Flore ciblée sur l’Ambroisie trifide, en partenariat avec l’Anses et l’Observatoire des ambroisies.

Partez à la recherche de l’Ambroisie trifide et faites remonter vos observations à l’aide d’un outil de saisie en ligne, « Mission Ambroisie trifide ».

Les observations recueillies grâce à cette mission et à la participation des citoyens permettront de mieux connaître cette espèce et ses populations, afin de mieux la contrôler. Visible dès le mois d’avril dans les parcelles, l’Ambroisie trifide devient plus facilement détectable à partir du mois de juillet et jusqu’en septembre-octobre.

Page de présentation de la mission

Aller plus loin

> Pour en savoir plus sur les Plantes Exotiques Envahissantes dans le Gers, cliquez ici

> Pour re-découvrir l’Ambroisie à feuilles d’Armoise, cliquez ici

> Pour avoir des informations sur le projet de lutte contre l’Ambroisie du CPIE Pays Gersois, cliquez ici

> Pour consulter notre page sur la flore du Gers, présentant notamment la répartition de l’Ambroisie sur le territoire, cliquez ici

Bienvenue dans mon jardin au naturel

Bienvenue dans mon jardin au naturel 16-17 juin 2018

Logo BMJN 2018Pour la 5ème année consécutive, le CPIE Pays Gersois présente l’édition gersoise de l’événement national Bienvenue dans mon jardin au naturel.
Cette manifestation, créée par l’Union Nationale des CPIE, a pour objectif de sensibiliser le grand public aux pratiques du jardinage au naturel, sans phytosanitaires.

Cette année, 7 jardiniers amateurs ou professionnels participent à l’événement et ouvrent les portes de leurs jardins pour partager leurs trucs et astuces. Aucun produit chimique au rendez-vous, seulement une bonne dose de bonne humeur, de convivialité et de rencontres entre passionnés !

Bienvenue dans mon jardin au naturel

16 – 17 juin 2018
Entrée libre

Visitez 7 jardins dans le Gers !
Renseignements : 05 62 66 85 77 – animation@cpie32.org

Carte des jardins 2018

> Téléchargez ici le livret de présentation des jardins
> Téléchargez ici l’affiche de l’événement

Le jardin du Caillaoué

Samedi 9h-17h

Jardin du CaillaouéCe jardin d’insertion géré par l’association REGAR regroupe 7000 m² de parcelles potagères, fruitières, plantes aromatiques, médicinales et autres fleurs. Laissez-vous guider à travers cultures de légumes – à retrouver dans de délicieux paniers bio –, serres, chalet en éco-construction, haie champêtre et mare !

Vente de plants de fleurs, fruits rouges, aromatiques et légumes pendant la journée.

Chemin de Lasserade
Site des Haras nationaux
32300 SAINT-MEDARD

Accès : Le jardin est situé entre Saint Médard et Mirande et est fléché depuis ces deux communes. Un parking est situé à gauche du chemin, devant l’ancien haras. Continuer ensuite à pied.

Le Jardin de Christine Cazergues

Samedi 9h30-12h30 / 14h30-17h30
Dimanche 9h30-12h30 / 14h30-17h30

Jardin de Christine CazerguesCe jardin comprend de nombreuses plantes vivaces et aromatiques, un potager, des arbres fruitiers, un poulailler… et beaucoup d’autres choses encore à découvrir !

Pour avoir le plaisir de voir pousser ses propres légumes, Christine a créé un potager cultivé en agroécologie, qui utilise le compost, la mise en place de buttes, le paillage, la rotation des cultures, l’accueil de la biodiversité (hôtels à insectes et plantes mellifères)…

Le Brana
32500 Goutz

Accès : Depuis Fleurance, prendre la direction de la piscine puis suivre l’Isle Jourdain.  Aller jusqu’à Brugnens et, à droite, prendre direction Céran-Goutz. Tourner à gauche au 2ème panneau « Le Brana». La maison de Christine est la 2ème sur la gauche après le 2ème virage.

Le Jardin de Danièle Dubos

Samedi 10h30-12h30 / 16h-18h / Visites guidées : 10h30 et 16h
Dimanche 10h30-12h30 / 16h-18h / Visites guidées : 10h30 et 16h

Jardin Danièle DubosCe jardin fait confiance à la nature pour accueillir de nombreuses espèces et accorde une place particulière à l’eau (piscine naturelle, mare, phyto-épuration, fosse de récupération des eaux).

Laissez-vous guider dans ses allées qui ne laissent aucun vide, à la découverte des essences de fleurs et plantes potagères.

Mailles
32270 MARSAN

le Jardin d’Edith Beauvais

Samedi 10h-18h / visites guidées à 10h30 et 15h
Dimanche 10h-18h / visites guidées à 10h30 et 15h

Jardin d'Edith BeauvaisEn ouvrant la maison d’hôtes La Bastide de Lassalle, Edith et son mari ont conservé les arbres majestueux et l’atmosphère bucolique de leurs 2ha pour créer un jardin accueillant.

Avec une 20taine de variétés d’arbres – dont un chêne de 500 ans – un parterre de  fleurs  et  un  potager,  heureusement que Cannelle l’ânesse, Réglisse la chèvre, 5 poules et 3 canards sont là pour les aider à l’entretien !

A Lassalle
32550 MONTÉGUT

Accès : De Auch, prendre direction Toulouse. Tourner à droite après le Campanile direction Montégut Lussan. Au niveau de la fourche prendre à gauche direction Lussan. Continuer sur 4 km et tourner à droite au panneau « A Lassalle ».

le Jardin de Dominique Coste

Samedi 10h-13h / 14h-17h / Visites guidées toutes les 1h30

Jardin Dominique CosteAu Verger de Galadriel, Dominique et Didier œuvrent dans le respect de la nature et des humains en pratiquant  l’agroécologie.

La permaculture guide leurs choix pour une gestion harmonieuse de l’eau, pour favoriser la biodiversité et pour produire fruits et légumes.

Ce jardin est un Refuge LPO et est membre du réseau des Jardins de Noé.

Le Verger
32200 SAINT-ANDRÉ

Accès : Lorsque vous arrivez à Gimont par la N124 venant de Toulouse , prendre la première route  à gauche (D4) direction Samatan.
En arrivant de Auch, direction Toulouse, tourner à droite (D4) direction Samatan juste avant la sortie de Gimont.
Après 7 km, tourner à droite (D217) direction St-André . Arrivé à St André (mairie sur la gauche et église sur la droite), prendre la 1ère route à gauche direction Polastron sur 1,5 km. Tourner ensuite à droite sur la route qui relie Aurimont à Bezeril et continuer sur 1,2 km.

le Jardin de Jolène

Samedi 10h-18h / Stand du CPIE de 10h à 12h
Dimanche 10h-18h
Pique-nique tiré du sac à 12h
Si vous voulez aider au jardinage, pensez à une tenue adaptée !

Jardin de JolèneLa volonté première de ce jardin, créé l’année dernière et rappelant les jardins à la Le Nôtre, est d’utiliser le principe nourricier de la permaculture.

Dans le potager, la rotation des parcelles est harmonieusement organisée et les fruits et légumes biologiques sont accompagnés de 60 variétés de fleurs qui apportent une touche de couleur.

Au village
32410 CEZAN

Accès : Descendre le chemin de Ronde au départ du marronnier se trouvant à l’entrée du village.

La Nourrice

Samedi 10h30-12h30 / 14h-17h / Stand du CPIE de 14h à 17h
Dimanche 10h30-12h30 / 16h-18h

Jardin la NourriceCe jardin forêt comestible et habitable est composé de buttes de cultures inspirées des méthodes de permaculture : serre-refuge entourée de prairies fleuries. Dans cet écosystème, chaque élément équilibre l’ensemble.

L’artiste Olivier Nattes crée un paysage habité, où culture et nature s’associent dans un but de bien être et de développement, à la recherche d’un devenir écosophique.

Au village
32270 AUBIET

Accès : Jardin fléché depuis l’école et la gare (accès possible en train).

Fleurs d'Ambroisie à feuilles d'Armoise

Tous concernés par la lutte contre l’Ambroisie !

Qu’est ce que c’est ?

L’Ambroisie à feuilles d’Armoise, ou Ambrosia artemisiifolia, est une plante annuelle originaire d’Amérique du nord, introduite involontairement en France depuis 1863 et dont le pollen est très allergisant pour l’homme (particulièrement au mois d’août où elle atteint son pic pollinique). Classée « espèce nuisible à la santé humaine » depuis la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016, elle peut provoquer de fortes réactions cutanées et divers symptômes respiratoires, dont l’apparition ou l’aggravation d’asthme, de rhinites, de conjonctivites, de laryngites, d’urticaire ou d’eczéma.

Très présente, depuis plusieurs années, dans la vallée du Rhône, cette espèce se propage et est, désormais, observée dans un grand nombre de régions, dont l’Occitanie et, plus spécifiquement, le département du Gers. Elle s’installe dans les friches agricoles ou industrielles, sur les chantiers, autours des lotissements et dans les cultures. En travaillant la terre, l’homme fait remonter ses graines en surface, entrainant ainsi leur germination.

Comment la reconnaître ?

Voici les caractéristiques principales de l’Ambroisie à feuilles d’Armoise :

  • une hauteur de 20 cm à 2 m
  • des feuilles très découpées, minces et vertes de chaque coté
  • des fleurs vert pâle à jaunes qui se dressent en épis
  • une tige dressée, sillonnée en longueur et souvent velue et ramifiée

Feuilles d'Ambroisie

Attention : une confusion peut facilement être faite avec l’Armoise vulgaire qui a une tige plus raide et sans poils, dont les feuilles sont vert foncé sur la partie supérieure mais blanchâtres sur la partie inférieure et qui possède des fleurs de couleur vert-gris à blanche avec peu de pollen.

Comment la signaler ?

Afin d’améliorer les connaissances sur cette espèce, de favoriser sa détection et de limiter son installation sur le territoire, l’Agence Régionale de Santé, en partenariat avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes a créée une plateforme interactive de signalement de l’Ambroisie : www.signalement-ambroisie.fr (également disponible sous forme d’application pour smartphones).

En signalant la présence de cette plante, vous aidez au difficile travail de lutte contre l’Ambroisie. Pour limiter l’installation de nouveaux foyers et faciliter la gestion des foyers existants, une participation du plus grand nombre est indispensable, n’hésitez pas à indiquer l’Ambroisie présente sur votre commune à un référent ou à devenir vous-même référent Ambroisie bénévole (contactez votre municipalité pour plus d’informations).

Afin de contrôler et minimiser l’impact de l’Ambroisie sur le territoire du Gers, le CPIE Pays Gersois formera les référents de chaque commune sur la reconnaissance et l’élimination de cette espèce et élabora un dispositif de mesures préventives et curatives en partenariat avec les collectivités.

Comment l’éliminer ?

En cas d’invasion, la plante doit être éliminée par l’arrachage (n’oubliez pas de porter des gants) ou par le fauchage à 10 cm avant la période de floraison (entre fin juillet et fin août).

Afin d’empêcher la plante de s’installer de nouveau, il est nécessaire de végétaliser la zone à l’aide d’autres espèces (trèfle, luzerne…).

 

> Pour plus d’information sur l’Ambroisie à feuilles d’Armoise, consultez le site de l’Observatoire de l’Ambroisie : www.ambroisie.info

Buddleia

Les Plantes Exotiques Envahissantes dans le Gers

Les Plantes Exotiques Envahissantes (PEE) sont des espèces végétales qui proviennent de territoires lointains et qui s’introduisent et s’implantent dans une nouvelle aire ; l’homme étant le principal moteur, conscient ou involontaire, de ces arrivées. Ces plantes posent un certain nombre de problèmes : elles se reproduisent et se dispersent seules, forment des populations importantes et deviennent envahissantes dans certains milieux.

Les dangers

Ces espèces occasionnent trois formes d’incidences :

  • sanitaire (plantes allergisantes, ou provoquant brûlures ou irritations cutanées)
  • économique (coût de gestion, perte de rendement agricole, perte de bétail…)
  • environnementale (perte de biodiversité, transformation du paysage…)

Toute espèce exotique – c’est à dire qui arrivent d’un autre pays – ne devient pas systématiquement envahissante. Parmi les 12 000 plantes introduites en Europe, seulement 10 à 15 % deviennent invasives. Malgré cette proportion peu élevée, la présence de ces espèces est considérée comme la deuxième cause mondiale de dégradation de la biodiversité.

Le projet d’étude

Face à ce constat et suite à la demande de la DREAL Midi-Pyrénées, le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées (CBNPMP) ainsi que d’autres acteurs ont menés d’importants travaux bibliographiques et de terrain sur cette thématique. Aujourd’hui, le CBNPMP anime un Plan Régional d’actions sur les Plantes Exotiques Envahissantes en Midi-Pyrénées ayant pour objectifs d’améliorer la connaissance et la détection précoce de ces espèces sur le territoire.

Afin de mener à bien les différentes missions de ce plan d’actions sur l’ensemble de la région, le conservatoire travaille avec l’ensemble des CPIE de Midi-Pyrénées qui ont notamment créée un panel d’outils (exposition, émission de radio, jeux, fiches, diaporamas…) dans le but de former et mobiliser les professionnels (agents communaux, techniciens de rivières…), d’informer et de sensibiliser le grand public, d’étudier la présence et les impacts de ces espèces et d’apporter un appui dans l’aide à la décision et à la gestion des PEE.

Évènements

Aucune page ne correspond à votre recherche

Désolé, aucun article ne correspond à votre recherche