Retrouvez toutes les actualités du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Pays Gersois sur la biodiversité.

Lac d'Astarac

Un Atlas de la biodiversité sur le secteur Astarac Arros en Gascogne

Le CPIE Pays Gersois participe à l’élaboration d’un Atlas de la Biodiversité sur le territoire de la Communauté de Communes Astarac Arros en Gascogne.

Une nouvelle démarche sur le territoire

Atlas de la biodiversité Astarac Arros en GascogneGrâce au label « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte », La Communauté de Communes Astarac Arros en Gascogne s’est engagée dans une démarche ambitieuse ayant pour objectif de préserver et valoriser la richesse naturelle du territoire, notamment pour en faire un atout touristique.

En effet, l’Atlas de la Biodiversité permettra de mieux connaitre les espèces, les milieux naturels et le fonctionnement des réseaux écologiques afin de protéger, restaurer et intégrer la biodiversité plus efficacement dans les politiques d’aménagement du territoire (Plan Local d’Urbanisme, Trame Verte et Bleue…).

Dans le cadre de cette analyse naturaliste du territoire, un diagnostic de la Trame Verte et Bleue sera réalisé afin d’identifier les zones et les couloirs de déplacement les plus importants pour les espèces ; ce diagnostic facilitera par la suite grandement l’aménagement du territoire à l’échelle de l’intercommunalité.

Une implication citoyenne incontournable

Ophrys à forme d'araignéeUn Atlas est une démarche écologique et scientifique participative. Il est primordial que chaque habitant se l’approprie et devienne acteur de la protection de son environnement. Les citoyens, sont autant d’observateurs répartis sur la zone d’étude qui occupent et vivent sur le territoire tous les jours ; plus les observations naturalistes seront nombreuses, plus l’étude sera précise.

Pour cela, vous pouvez transmettre vos observations et relevés naturalistes (faune et flore) sur la base de données BAZNAT ou en contactant unes  des structures partenaires présentées ci-après.

Les structures naturalistes locales impliquées

Triton marbréDu fait de la vaste zone d’étude (350km² sur 37 communes), de la variété des groupes d’espèces à étudier (oiseaux, amphibiens, reptiles, libellules, papillons, mammifères, chauve-souris, plantes…) et de la volonté d’une démarche concertée et partagée, la Communauté de Communes Astarac Arros en Gascogne a souhaité faire appel aux services de diverses structures parmi lesquelles :

Pour permettre de réaliser un Atlas le plus précis possible, il est important que tous les citoyens participent à cette démarche aux cotés des structures naturalistes. C’est grâce à un effort collectif et de grande ampleur que nous pourrons, ensemble, protéger notre patrimoine naturel !

Tela Botanica mission flore ambroisie trifide

Avis de recherche Ambroisie trifide

Nous vous avons souvent parlé de l’Ambroisie à feuilles d’Armoise, présente sur le territoire gersois ; découvrez une autre espèce exotique envahissante, l’Ambroisie trifide, également présente à l’est du département.

Depuis peu, l’association Tela Botanica lance une nouvelle Mission Flore ciblée sur l’Ambroisie trifide, en partenariat avec l’Anses et l’Observatoire des ambroisies.

Partez à la recherche de l’Ambroisie trifide et faites remonter vos observations à l’aide d’un outil de saisie en ligne, « Mission Ambroisie trifide ».

Les observations recueillies grâce à cette mission et à la participation des citoyens permettront de mieux connaître cette espèce et ses populations, afin de mieux la contrôler. Visible dès le mois d’avril dans les parcelles, l’Ambroisie trifide devient plus facilement détectable à partir du mois de juillet et jusqu’en septembre-octobre.

Page de présentation de la mission

Aller plus loin

> Pour en savoir plus sur les Plantes Exotiques Envahissantes dans le Gers, cliquez ici

> Pour re-découvrir l’Ambroisie à feuilles d’Armoise, cliquez ici

> Pour avoir des informations sur le projet de lutte contre l’Ambroisie du CPIE Pays Gersois, cliquez ici

> Pour consulter notre page sur la flore du Gers, présentant notamment la répartition de l’Ambroisie sur le territoire, cliquez ici

Grenouille verte

Avis de recherche mares et amphibiens

Depuis plusieurs années, l’Union Régionale des CPIE d’Occitanie, avec le soutien de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, la Région Occitanie et l’Union Européenne, est porteuse d’un programme de préservation des zones humides et des amphibiens.
Menant des expertises sur la thématique des amphibiens depuis près de 10 ans, le CPIE Pays Gersois a naturellement intégré ce projet.

Bio-indicateurs essentiels de la qualité de nos ressources en eau, les amphibiens font, malheureusement, face à de nombreuses menaces.
En France métropolitaine, une espèce sur cinq présente des risques de disparition (Liste Rouge nationale des espèces menacées de l’IUCN) et deux tiers de la superficie des zones humides originelles ont été détruites, soit 2,5 millions d’hectares en 100 ans (Bernard, P.1994.).

Aujourd’hui, notre objectif est donc d’améliorer la connaissance et le suivi des milieux et des espèces pour une meilleure protection.
Vous aussi, aidez-nous à localiser les amphibiens et leurs habitats !
Pour contribuer au recensement, vous pouvez :

Enregistrer les chants des grenouilles du Gers

Afin de mieux connaître leur répartition sur le département, nous recherchons les habitats des grenouilles Pelophylax, ou grenouilles vertes d’Europe.
Le genre Pelophylax regroupe plusieurs espèces dont la Grenouille rieuse, la Grenouille de Pérez, la Grenouille de Lessona, la Grenouille de Graaf ou la Grenouille verte.

Pour nous aider à les identifier, vous pouvez enregistrer (de préférence à l’aide de votre appareil photo avec le cache pour éviter les bruits de mise au point automatique, ou à l’aide de votre téléphone portable) les chants de grenouilles que vous entendez au cours de vos balades ou dans votre jardin dès début avril.
N’hésitez pas à nous faire parvenir vos sons ; nous nous chargerons ensuite d’identifier l’espèce enregistrée.

> Enregistrez le chant, quelque que soit l’espèce.
> Notez le lieu d’observation (commune, coordonnées GPS si possible ou toute autre indication de localisation), la date de celle-ci ainsi que les coordonnées de l’observateur.
> Envoyez-nous ces informations par courriel (utilisez WeTransfer si votre fichier audio est trop lourd).

Participer à la localisation des mares gersoises

Qu’elles soient naturelles ou creusées par l’homme, les mares sont des étendues d’eau n’excédant pas 2m de profondeur et/ou 5 000 m2 de superficie (ce qui les différencie des étangs).
Outre les nombreux services qu’elles nous rendent, les mares jouent un rôle essentiel dans la préservation de la biodiversité aquatique et semi-aquatique et dans la continuité écologique de la Trame Verte et Bleue.

Vous pouvez contribuer à notre projet d’inventaire des mares en nous faisant parvenir toutes vos données d’observations (date, localisation, photos et renseignements complémentaires).
Aidez-nous à sauvegarder le patrimoine naturel et les mares du Gers !

> Téléchargez la feuille d’informations à compléter
> Renvoyez-nous vos observations par courrier ou courriel

Avis de recherche sur les mares

Fleurs d'Ambroisie à feuilles d'Armoise

Tous concernés par la lutte contre l’Ambroisie !

Qu’est ce que c’est ?

L’Ambroisie à feuilles d’Armoise, ou Ambrosia artemisiifolia, est une plante annuelle originaire d’Amérique du nord, introduite involontairement en France depuis 1863 et dont le pollen est très allergisant pour l’homme (particulièrement au mois d’août où elle atteint son pic pollinique). Classée « espèce nuisible à la santé humaine » depuis la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016, elle peut provoquer de fortes réactions cutanées et divers symptômes respiratoires, dont l’apparition ou l’aggravation d’asthme, de rhinites, de conjonctivites, de laryngites, d’urticaire ou d’eczéma.

Très présente, depuis plusieurs années, dans la vallée du Rhône, cette espèce se propage et est, désormais, observée dans un grand nombre de régions, dont l’Occitanie et, plus spécifiquement, le département du Gers. Elle s’installe dans les friches agricoles ou industrielles, sur les chantiers, autours des lotissements et dans les cultures. En travaillant la terre, l’homme fait remonter ses graines en surface, entrainant ainsi leur germination.

Comment la reconnaître ?

Voici les caractéristiques principales de l’Ambroisie à feuilles d’Armoise :

  • une hauteur de 20 cm à 2 m
  • des feuilles très découpées, minces et vertes de chaque coté
  • des fleurs vert pâle à jaunes qui se dressent en épis
  • une tige dressée, sillonnée en longueur et souvent velue et ramifiée

Feuilles d'Ambroisie

Attention : une confusion peut facilement être faite avec l’Armoise vulgaire qui a une tige plus raide et sans poils, dont les feuilles sont vert foncé sur la partie supérieure mais blanchâtres sur la partie inférieure et qui possède des fleurs de couleur vert-gris à blanche avec peu de pollen.

Comment la signaler ?

Afin d’améliorer les connaissances sur cette espèce, de favoriser sa détection et de limiter son installation sur le territoire, l’Agence Régionale de Santé, en partenariat avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes a créée une plateforme interactive de signalement de l’Ambroisie : www.signalement-ambroisie.fr (également disponible sous forme d’application pour smartphones).

En signalant la présence de cette plante, vous aidez au difficile travail de lutte contre l’Ambroisie. Pour limiter l’installation de nouveaux foyers et faciliter la gestion des foyers existants, une participation du plus grand nombre est indispensable, n’hésitez pas à indiquer l’Ambroisie présente sur votre commune à un référent ou à devenir vous-même référent Ambroisie bénévole (contactez votre municipalité pour plus d’informations).

Afin de contrôler et minimiser l’impact de l’Ambroisie sur le territoire du Gers, le CPIE Pays Gersois formera les référents de chaque commune sur la reconnaissance et l’élimination de cette espèce et élabora un dispositif de mesures préventives et curatives en partenariat avec les collectivités.

Comment l’éliminer ?

En cas d’invasion, la plante doit être éliminée par l’arrachage (n’oubliez pas de porter des gants) ou par le fauchage à 10 cm avant la période de floraison (entre fin juillet et fin août).

Afin d’empêcher la plante de s’installer de nouveau, il est nécessaire de végétaliser la zone à l’aide d’autres espèces (trèfle, luzerne…).

 

> Pour plus d’information sur l’Ambroisie à feuilles d’Armoise, consultez le site de l’Observatoire de l’Ambroisie : www.ambroisie.info

Corridors écologiques : quand les espèces nous montrent la voie

La Trame Verte et Bleue… qu’est ce que c’est ?

affiche_mirande_tvb2016_web

Issue des réflexions du Grenelle – ensemble de rencontres politiques concernant l’environnement et le développement durable – à la fin de l’année 2007, la Trame Verte et Bleue (TVB) s’est imposée comme un outil d’aménagement du territoire visant à maintenir, voire restaurer, les liens et connexions entre les différents milieux naturels.
Cette décision fait suite au constat de la  fragmentation et des transformations subies au cours des années sur les territoires, affaiblissant fortement la biodiversité.

La Trame Verte et Bleue est un réseau écologique constitué de divers éléments reliant les espaces naturels qui hébergent et protègent la biodiversité locale. Parmi ces « chemins », il est possible de trouver des haies, des rivières, des mares, des jardins de particuliers… Ils permettent aux espèces locales de subsister (lieux de vie, d’alimentation, de reproduction) ou de circuler (lieux de passage).

Balade Trame Verte et Bleue (TVB)Afin de protéger ces écosystèmes et les espèces qui s’y abritent, un programme d’accompagnement et d’amélioration de la prise en compte de la TVB est en cours dans la région, jusqu’à le fin de l’année 2016. Il offre notamment aux collectivités en démarche de Plans Locaux d’Urbanisme, la possibilité d’être accompagnées et suivies sur ce sujet.

Impliquant à la fois les collectivités, les entreprises et les citoyens, des activités de présentation et de sensibilisation sont organisées par l’ensemble des CPIE de Midi-Pyrénées, en partenariat avec l’association Nature Midi-Pyrénées.

 

Dans le Gers, retrouvez deux animations gratuites et ouvertes à tous, mises en place par le CPIE Pays Gersois :

 

Pour en apprendre plus sur la Trame Verte et Bleue, consultez les site de Nature Midi-Pyrénées et du Centre de ressources de la TVB.

 

Ambroisie à feuilles d'Armoise

L’Ambroisie dans le Gers

L’Ambroisie à feuilles d’Armoise est une plante annuelle issue d’Amérique du nord dont le pollen est très allergisant pour l’homme. Il est à l’origine de divers symptômes (rhinite, conjonctivite…), et peut provoquer l’apparition ou l’aggravation de l’asthme.

Cette « Plante Exotique Envahissante » a été introduite involontairement en France et se retrouve sur de nombreux territoires. Très présente depuis plusieurs années dans la vallée du Rhône, elle se propage rapidement sur le territoire métropolitain et est, désormais, observée dans de nombreuses régions. Pour limiter l’installation de nouveaux foyers et faciliter la gestion des foyers existants, une sensibilisation du plus grand nombre est indispensable.

Face à l’ampleur des enjeux (sanitaire, agricole, écologique et économique), un groupe de travail régional interministériel a été constitué en octobre 2015 afin d’élaborer un dispositif de mesures préventives et curatives à mettre en œuvre dès 2016 avec l’appui incontournable des collectivités.

En tant qu’association environnementale, nous menons à l’échelle de la région et du département, avec l’Union Régionale des CPIE et le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées, un projet sur les Plantes Exotiques Envahissantes dans lequel s’insère une mission d’amélioration des connaissances de ces espèces, dont l’Ambroisie.

Dans le cadre de ce projet d’amélioration des connaissances sur l’Ambroisie, et afin de pouvoir contrôler et minimiser ses impacts, les communes du Gers ont donc été sollicitées pour informer leurs personnels et administrés sur cette espèce et nous faire remonter toute information sur sa présence via un formulaire en ligne.

Retrouver plus d’informations sur cette espèce sur le site de l’Observatoire des Ambroisies.

Buddleia

Les Plantes Exotiques Envahissantes dans le Gers

Les Plantes Exotiques Envahissantes (PEE) sont des espèces végétales qui proviennent de territoires lointains et qui s’introduisent et s’implantent dans une nouvelle aire ; l’homme étant le principal moteur, conscient ou involontaire, de ces arrivées. Ces plantes posent un certain nombre de problèmes : elles se reproduisent et se dispersent seules, forment des populations importantes et deviennent envahissantes dans certains milieux.

Les dangers

Ces espèces occasionnent trois formes d’incidences :

  • sanitaire (plantes allergisantes, ou provoquant brûlures ou irritations cutanées)
  • économique (coût de gestion, perte de rendement agricole, perte de bétail…)
  • environnementale (perte de biodiversité, transformation du paysage…)

Toute espèce exotique – c’est à dire qui arrivent d’un autre pays – ne devient pas systématiquement envahissante. Parmi les 12 000 plantes introduites en Europe, seulement 10 à 15 % deviennent invasives. Malgré cette proportion peu élevée, la présence de ces espèces est considérée comme la deuxième cause mondiale de dégradation de la biodiversité.

Le projet d’étude

Face à ce constat et suite à la demande de la DREAL Midi-Pyrénées, le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées (CBNPMP) ainsi que d’autres acteurs ont menés d’importants travaux bibliographiques et de terrain sur cette thématique. Aujourd’hui, le CBNPMP anime un Plan Régional d’actions sur les Plantes Exotiques Envahissantes en Midi-Pyrénées ayant pour objectifs d’améliorer la connaissance et la détection précoce de ces espèces sur le territoire.

Afin de mener à bien les différentes missions de ce plan d’actions sur l’ensemble de la région, le conservatoire travaille avec l’ensemble des CPIE de Midi-Pyrénées qui ont notamment créée un panel d’outils (exposition, émission de radio, jeux, fiches, diaporamas…) dans le but de former et mobiliser les professionnels (agents communaux, techniciens de rivières…), d’informer et de sensibiliser le grand public, d’étudier la présence et les impacts de ces espèces et d’apporter un appui dans l’aide à la décision et à la gestion des PEE.

Libellule du Gers

Parution de l’Atlas des libellules du Gers

Avec près de 10 000 données collectées par plus d’une centaine d’observateurs, le CPIE Pays Gersois est heureux d’annoncer la publication de son Atlas commenté des Libellules du Gers.

À l’image d’autres groupes taxonomiques (mammifères, reptiles, papillons,…), les publications relatives aux libellules – également appelées odonates – dans le Gers s’avéraient jusqu’alors peu pertinentes et exhaustives. Bien que la première donnée gersoise date de 1981, il faut attendre 1990 pour qu’une publication fasse clairement référence au département du Gers.

Initié bénévolement en 2009, puis financé de 2012 à 2014, un inventaire des libellules du département a été mis en œuvre par le CPIE Pays Gersois. Les résultats obtenus sont répertoriés dans l’Atlas commenté des Libellules du Gers, publication scientifique qui recense, en 80 pages, 53 espèces dont plusieurs sont protégées en raison de leur rareté. Ce travail, unique pour un département de la région Midi-Pyrénées a permis d’appréhender la répartition et les habitats des espèces sur le territoire, mais aussi de diffuser la connaissance des odonates et de sensibiliser les publics.

 

 

Outre cette publication, le travail produit est  intégré aux observatoires en ligne des libellules du Gers et de Midi-Pyrénées, au Programme National d’Action Odonates ou encore au projet d’identification de réservoirs de biodiversité locaux dans le cadre de la Trame Verte et Bleue.

La suite de ce travail est intégrée dans le programme d’actions « Médiation Faune Sauvage » du CPIE Pays Gersois, ayant pour objectifs de répondre aux diverses sollicitations du grand public et des professionnels concernant la faune sauvage et son milieu de vie (demande d’aide pour des animaux blessé ou en perdition, problèmes de cohabitation avec certaines espèces, accompagnement à la reconnaissance et à l’accueil de la faune). Dans ce cadre, tout résident gersois à la possibilité de communiquer au CPIE ses observations naturalistes afin d’aider à la connaissance de la biodiversité du département et à sa protection ; aucune donnée n’est à exclure !

Téléchargez l’Atlas des libellules du Gers.